Effets spéciaux

Lors d’un tournage, le réalisateur fait souvent appel à des professionnels qui s’activeront à créer des effets dits spéciaux. Il existe deux principales catégories d’effets spéciaux : ceux utilisés au moment de tourner la scène et ceux ajoutés à l’image lors du montage. Quelques fois, le film nécessite la combinaison des deux procédés afin d’obtenir le rendu final escompté. Nous nous attarderons ici à ceux que l’on utilise au moment du tournage.

Avec l’arrivée des nouvelles technologies, nous avons été en mesure de repousser les limites des effets spéciaux mais, dès le début du cinéma, les réalisateurs ont regorgés d’ingéniosité afin d’obtenir des images originales et distinctes. 

Les maquillages, les prothèses de toutes sortes, les fumigènes, le faux sang, les modèles miniatures et l’écran bleu sont de bons exemples d’effets spéciaux utilisés lors d’un tournage. Dans une production à budget restreint, il est important de bien doser l’utilisation des effets spéciaux et de faire preuve de créativité. Des effets spéciaux de piètres qualités mineront la plausibilité du film. N’oubliez pas qu’un effet réussi est un effet qui est crédible. N’hésitez pas à tester vos effets spéciaux avant le tournage. Inspirez-vous en regardant les «making of» de films tels que Star Wars, Indiana Jones, Blade Runner, etc. Les prochaines sections proposent différentes solutions pour agrémenter vos productions. Vous pouvez également retrouver plusieurs idées et DIY (do it yourself) sur la toile internet. 

Le faux sang et la bave gluante

La fabrication d’un faux sang est rendue nécessaire, car le vrai sang, par exemple du sang de boeuf acheté en boucherie, est inutilisable durant un tournage. Il coagule très vite et prend alors une couleur marron (et en plus de l’odeur). Il faut donc en fabriquer du faux. Les gens pressés ou peu doués de leurs dix doigts peuvent en acheter du tout fait dans les boutiques spécialisées. 

Sirop de grenadine

La base la plus simple est de prendre du sirop de grenadine en vente dans les épiceries et supermarchés. Celui-ci est en général pas assez liquide et pas assez rouge. Il faut donc ajouter de l’eau colorée avec du rouge carmin.

Attention : ne jamais utiliser de colorants chimiques. Ils sont toxiques et laissent des colorations sur la peau pendant plusieurs jours ! Ils tachent aussi les vêtements...


Sirop de gouache

Si le sang ne doit pas être avalé par l’acteur, on pourra prendre de la gouache couleur carmin (rouge foncé) que l’on diluera dans l’eau jusqu’à obtention d’un liquide homogène. La gouache est en vente dans les papeteries, les supermarchés et les fournisseurs pour artistes.

Si le sang doit être placé dans la bouche de l’acteur, vous pouvez remplacer la gouache par du colorant rouge pour pâtisserie en vente chez les grossistes pour métiers de bouche. 

Mélangez alors l’eau colorée avec la grenadine jusqu’à obtenir un liquide homogène. Pour simuler des caillots, on peut rajouter un peu de café soluble, qui donnera de petits points foncés dans le sang.

Autre formule possible : On mélange du colorant alimentaire (rouge) avec du miel de sapin (épais et liquide comme le sang) auquel on rajoute une cuillère de café soluble. Attention : ce sang est sucré. Donc, il doit être conservé au réfrigérateur sinon il va moisir et ne sera plus utilisable. Le mieux est de le préparer juste avant le tournage.

À base de détergent

    2 parties de sirop de mais
1 partie sirop de chocolat (Hershey’s)
1 partie savon à vaisselle clair (translucide) (Joy ou marque maison)
Colorant à nourriture rouge et bleu au goût

Bave gluante

Pour les amateurs de film de science-fiction ou des films d’horreur, la bave gluante est souvent requise. Qu’il s’agisse d’une trace du passage d’un extraterrestre ou d’une solution visqueuse sur le sol, la bave gluante peut s’avérer efficace comme effet. Nous vous proposons une recette simple mais qui donne d’excellents résultats. Procurez-vous de la colle en poudre pour le papier peint.

Dans un récipient rempli d’eau froide (l’eau froide retarde la prise de la colle et permet la manipulation pendant plusieurs minutes) versé la poudre en petite quantité tout en remuant et ce, jusqu’à l’obtention de la texture voulu. Mélangez bien la mixture pour dissoudre tous les grains de colle puis laissez reposer quelques minutes. La colle prendra alors la texture désirée. Il est aussi possible de colorer le mélange avec un colorant à pâtisserie ou avec de la gouache afin d’obtenir une bave de couleur.

Recommandations : Ne pas utiliser dans la bouche et toujours bien se laver les mains ou la partie du corps sur laquelle la bave est déposée après la scène. Si vous désirez une bave qui puisse se mettre dans la bouche, essayez avec le blanc d’œufs.

Les prothèses

Recréer une blessure ouverte, une brulure ou encore une coupure profonde, demande une certaine dextérité et l’utilisation de différents matériaux. Le latex, le plâtre de paris, la cire sont tous des éléments permettant la fabrication d’une prothèse réaliste. 

Peau brulée et cicatrice

Coulez du latex liquide dans un bol et ajoutez-y de la gouache carmin préalablement mélangée avec de l’eau pour la rendre bien liquide. Mélangez le tout pour obtenir une couleur rose bien homogène. En séchant, le latex prendra la couleur du colorant rouge. Pour travailler le latex, le mieux est de disposé d’une planche en bois mélamine qui est couverte d’une fine couche de plastique très résistant souvent blanc et très lisse. Cela permet de détacher facilement le latex une fois sec alors qu’il se serait infiltré dans une planche en bois simple.

Étalez une fine couche de coton sur la planche. Avec un pinceau, imbibez le coton avec du latex coloré. Profitez-en pour donner des formes au coton avec vos doigts ou une spatule, pour imiter, par exemple, des boursouflures. Puis tout autour, badigeonnez le latex avec le pinceau pour former un rectangle de latex sans coton qui servira de bord fin. Laissez sécher dans un local bien ventilé pendant un jour ou deux.

Décollez alors doucement la feuille de latex qui doit se détacher en une seule plaque. Vous pouvez alors utiliser cette peau sur le torse d’un acteur. Les bords seront cachés sous les vêtements ou enroulés autour de l’avant-bras et recouverts d’une manche de chemise dans laquelle un trou aura été préalablement brûlé.

Mains brulées

Coulez du latex liquide dans un bol et ajoutez-y des colorants noir ou gris (par exemple : de la gouache en tube). Mélangez le tout pour obtenir une couleur bien homogène. Prenez une paire de gants fins de cuisines. Remplissez-les de coton pour leur donner du volume (comme si une main s’y trouvait) et fixez-les par des pinces à linge sur un fil pour qu’ils pendent. Sur les gants, vous placez des morceaux de coton plus ou moins gros. Avec un pinceau ou une spatule, vous imbibez le coton de latex coloré. Profiterez pour donner des formes au coton, notamment pour créer des cloques avec ses doigts ou avec une spatule. Laissez sécher dans un local bien ventilé pendant un jour ou deux.

Vous pouvez alors enlever le coton de l’intérieur et l’acteur peut enfiler ces gants dont les ouvertures seront cachées sous ses manches.


Plaies

Prenez une planche en mélamine ou un plastique et utilisez de la pâte à modeler ou mieux encore de l’argile pour sculpter des petites plaies. Utilisez l’argile comme un moule. Vous démarrez à plat puis vous formez un bourrelet creux au milieu. Ceci permet de simuler un trou dans la peau. Vous pouvez en faire des fines en longueur pour simuler une coupure ou des biens rondes pour simuler les impacts de balles... Vous devez ensuite réaliser un moulage en plâtre. Créer un bourrelet de pâte à modeler autour de votre plaie en laissant un à deux centimètres entre les deux. Ce bourrelet va servir à limiter la coulée du plâtre. Préparez du plâtre de Paris pour qu’il ne soit pas trop liquide. Puis coulez ce plâtre sur le bord du bourrelet de manière à ce que le plâtre finisse par recouvrir complètement la plaie. Laissez sécher. Une fois le plâtre sec, vous détachez le plâtre, vous le retournez et vous retirez la pâte à modeler. Vous pouvez alors couler du latex teinté couleur chair dans le moule. Laissez bien sécher un à deux jours. Démoulez le latex, lavez-le à l’eau et laissez bien sécher. Pour obtenir la couleur chair, il vaut mieux faire son propre mélange en fonction des besoins. La couleur chair pour les blancs s’obtient avec de la gouache blanche à laquelle on ajoute un peu de rouge carmin pour obtenir du rose pâle. Puis on ajoute des traces de jaune ou d’orange jusqu’à obtenir une couleur chair. Certains ajoutent une pointe de bleu.

Souvent le latex est de couleur jaunâtre naturellement. Donc si votre couleur doit servir à colorer du latex jaunâtre, il faut obtenir une couleur un peu plus rose que la réalité de manière à ce que cela soit compensé par le jaune du latex. Il faut bien sûr faire plusieurs essais en notant les différences jusqu’à obtenir la couleur souhaitée. Vous pouvez alors peindre la prothèse avec de la gouache. Mettez au fond de la plaie une couleur sombre (noir ou rouge foncé) pour renforcer l’effet de profondeur. Collez la prothèse sur la peau avec du Spirit Gum ou colle à postiches que vous trouverez en vente dans les boutiques de farces et attrapes. Vous pouvez passer l’extérieur avec du fond de teint pour le raccorder avec la peau. Il faut parfois utiliser du talc pour diminuer l’aspect brillant. Il ne reste plus qu’à y verser un peu de faux sang juste au moment du tournage.

Le maquillage artistique

L'art de se métamorphoser

Vieillissement

Il existe des moyens simples et peu coûteux de faire vieillir quelqu’un à l’écran lorsque vous désirez mettre en scène un personnage vieilli à la fin du film. Vous ne pourrez pas utiliser cette technique tout au long de votre film, mais pour de courtes scènes, elle est tout indiquée. Si votre acteur est masculin, demandez-lui de se laisser pousser la barbe pendant trois jours. La barbe lui donnera tout de suite plusieurs années de plus. Le fond de teint tend à masquer les imperfections de la peau, mais appliquez-en néanmoins pour faire ressortir le reste de votre maquillage vieillissant.


Appliquez du maquillage foncé partout où le visage présente des lignes : sur le front, sous les yeux, entre le nez et la bouche, les joues. Avec un crayon à paupières, dessinez des lignes foncées au niveau des rides naturelles du visage, notamment celles qui apparaissent quand l’acteur contracte le visage. Votre touche doit être légère. Pour finir, appliquez un peu de poudre pour faire tenir le maquillage sous la chaleur des projecteurs. Pour obtenir des cheveux gris, placez de la farine sur vos doigts et passez-les dans les cheveux de l’acteur.  

Traces de coups

Les scènes de bagarres sont très courantes dans les grosses productions. Si après une telle scène, l’acteur ne présente aucune séquelle, le spectateur sera déçu et la vraisemblance en souffrira. Les traces de coups permettent de rappeler qu’un personnage souffre, et elles peuvent être très convaincantes pour peu qu’elles soient bien appliquées. Employez un ensemble de maquillage régulier. N’hésitez pas à utiliser des couleurs inhabituelles, car les ecchymoses sont rarement noires en réalité. Essayez par exemple des mélanges de couleurs comprenant du violet, du jaune et du brun. Pour un coup récent, utilisez la bonne quantité de rouge foncé. Le maquillage doit être encore plus foncé sur les os, autour des yeux et sur les pommettes. Si la séquence a lieu plusieurs heures après le coup, demandez alors à l’acteur de fermer l’œil comme si l’ecchymose avait enflé. L’acteur ne doit pas en faire trop pour que le résultat paraisse naturel.

Lorsque l’ecchymose a un peu vieilli, ajoutez des taches de violet foncé et de noir ça et là. Nul besoin d’être un expert en maquillage, il vous suffit de faire des essais et de procéder de manière progressive. Des taches sombres dans le coin des yeux ajoutent au réalisme. Pour un coup vieux de plusieurs jours, ajoutez du vert ou du jaune. Appliquez ces couleurs de manière irrégulière pour indiquer que la guérison est en cours. Si vous mettez en scène un acteur une semaine ou deux après le combat, n’oubliez pas de montrer les traces de coup en train de disparaître. Lorsqu’une ecchymose est sur le point de disparaître, elle est verdâtre avec des traces plus foncées au niveau des os. Pour des meurtrissures plus sévères, faisant suite à un combat violent ou un accident, employez les mêmes techniques, mais appliquez-les à une plus grande partie du visage. Vous pouvez assombrir l’autre orbite, mais n’ajoutez pas d’autres traces de coups, sans quoi le résultat paraitra artificiel.


La maladie

Un bon acteur saura jouer de manière convaincante un personnage malade. Un maquillage réaliste complétera l’illusion. Il ne suffit que de quelques minutes pour ajouter des boutons ou de la sueur qui donneront l’impression que votre personnage ne va pas bien. Si votre personnage est fiévreux, il suffit qu’il paraisse pâle et qu’il transpire. Quel que soit le teint de votre acteur, éclaircissez-le. Mouillez les cheveux et projetez de l’eau sur le visage juste avant le tournage.

Pour quelqu’un de très malade ou à l’article de la mort, ajoutez des couleurs foncées autour des yeux et au niveau des tempes. Enlevez le maquillage clair des paupières : la couleur naturelle de la peau redevient alors visible et renforcera l’impression de maladie.

Pour une maladie qui fait peler la peau, utilisez une colle à bois à séchage rapide et qui devient translucide en séchant. Appliquer la colle sur la main de l’acteur et attendre dix minutes puis demander lui de frotter les mains. La colle se détachera par plaques à la manière d’une peau morte. 

Effets divers

pour des besoins spécifiques

La chrominance

L’écran bleu (ou le vert) permet de positionner vos comédiens ou vos objets dans un décor lointain ou imaginaire. Une partie du travail est effectuée lors du tournage alors que le rendu final est procédé au moment du montage. Filmez un comédien (ou un objet) devant l’écran bleu puis, à l’aide de votre logiciel de montage, faites disparaître le bleu pour le remplacer par le décor de votre choix. Cette technique est souvent utilisée dans les films de science-fiction, mais peut tout aussi bien s’adapter à plusieurs circonstances. L’écran bleu est préférable pour les tournages à l’intérieur alors que l’écran vert est plutôt utilisé à l’extérieur puisque la lumière du jour est bleutée.

Pour de bons résultats

Faites l’acquisition de plusieurs mètres de tissu bleu ou vert, au besoin, et choisissez une teinte très vive. Fixez l’écran sur un mûr ou sur un support métallique (plusieurs marchands spécialisés en photographie vendent ce genre de support, mais vous pouvez tout aussi bien le fabriquer à l’aide de tuyaux.). Votre tissu doit être aussi lisse que possible. La majorité des plans utilisant un écran bleu ne montre que la tête et les épaules, mais si vous devez montrer l’acteur jusqu’aux pieds, veillez à ce que votre écran couvre une partie du sol. Placez ensuite l’acteur devant l’écran et préparez votre éclairage. Assurez-vous que l’éclairage dirigé vers le comédien ne laisse aucune ombre sur l’écran bleu. Vous devrez aussi éclairer votre écran bleu pour faciliter cette tâche. Utilisez un fluorescent portable que vous placerez derrière l’acteur pour créer un halo lumineux de son contour. Ce halo ne sera pas visible dans votre séquence finale, mais il permettra de faire disparaître plus facilement le bleu qui sera diffusé au niveau du contour de l’acteur. Voilà, vous êtes prêt à filmer votre acteur. Le reste du travail se fera avec votre logiciel de montage.

La pluie

Certaine scènes nécessitent l’utilisation de la pluie. Dans le cas d’une bonne planification de vos horaires de tournage, il n’est pas nécessaire d’attendre que mère nature collabore à votre tournage. Vous pouvez facilement construire une machine à pluie qui donnera un effet plus que réaliste à votre scène.

Matériaux
Boyau d’arrosage de jardin de 50 pieds;
2 planches de 2X2;
Tie wrap;
Perceuse avec mèche 1/16;
Quelques vis, corde, un œillet vis;

Fixez les planches ensembles en forme de croix (à l’aide des vis). Fixez ensuite le boyau sur les planches en effectuant une rotation. (à l’aide des tie wrap). Effectuez des petits trous ça et là sur le boyau pour permettre à l’eau de s’égoutter. Fermez une des deux extrémités avec un bouchon puis fixez le boyau au robinet extérieur. Suspendez votre machine à une branche d’arbre ou autre puis ouvrer l’alimentation d’eau. Ajustez le nombre de trous en effectuant des tests au préalable. L’utilisation de deux installations ou plus peut s’avérer nécessaire pour une grande surface à couvrir. 

La neige

De la neige à n'importe quelle période de l'année ! Comme le film les choristes dans lequel on voit des paysages avec des traces de neige, mais il a été tourné au mois d'août. Il existe plusieurs moyens de simuler la neige. Tout d'abord il faut distinguer la neige au sol et la neige qui tombe. Pour la neige au sol, il existe plusieurs techniques. Produits projetés, mousse, tissus ... Pour les décors de grande taille, on utilise le plus souvent de la cellulose projetée. La machine est assez simple un réservoir de produit et un tuyau munis d'une lance pour l'application. Les décors sont assez réalistes et supportent assez bien les gros plans. Un petit conseil, avant d'utiliser ces machines et ces produits (disponibles en locations) il faut étaler sur le sol du molleton synthétique blanc. Le remplissage sera ainsi plus uniforme. Mais bon ! Comme on dit " ça le fait". Et quel pied de tourner dans la neige en short et sandales.

Pour la neige qui tombe, il existe des machines projetant de fines particules de mousse. La machine propulse cette mousse en hauteur et elle retombe comme des flocons de neige. Si vous avez ajouté un ventilateur brasseur d'air, vous pourrez même simuler tempête de neige et blizzard. Il existe plusieurs tailles de machines chacune couvrant une surface précise. Évidemment plus la surface est importante, plus la bécane est grosse. Attentions certaines machines sont énormément bruyantes. Mais, le résultat est bluffant. Il existe d'autre façon de faire tomber de la neige: On peut utiliser des confettis blanc avec une machine de dispersions ou encore à la main. Ces machines, à suspendre, utilise le principe de la force centrifuge et dispersent des confettis sur 360°. Attentions aux confettis ! Tout d'abord les prendre ignifugées, et en fin de tournage il faudra tout ramasser.

On peut aussi faire de la neige de façon pyrotechnique. Pour cela on utilise des "bougies à neige" ; Cet artifice, en se consumant, produit de fine particules de cendres qui retombent comme de la neige pendant environ 1mn. Utilisation extérieure uniquement. Comme sur les pistes de ski, il y à le canon à neige ou enneigeur. C'est un dispositif permettant de fabriquer de la neige mécaniquement à partir d'eau et d'air, le tout à basses températures. Le principe est de projeter un mélange d'air comprimé et d'eau par temps suffisamment froid. A réserver aux régions froides.

Il existe des produits permettant de simuler le givre sur les vêtements, les lunettes et les poils. D'autres permettent de givrer parfaitement des vitres de voiture ou des fenêtres. Il y a aussi le traditionnel spray de neige pour les décorations de noël.  

Le vent

Vous aurez sûrement besoin de faire du vent sur un tournage, alors nous allons voir les ventilateurs que vous pourrez utiliser. On trouve de nombreux appareils en location. Certains sont très puissants tout en étant de petite taille. Tous les loueurs d'éclairage ou de machinerie en ont à leur catalogue. Bien entendu ces ventilateurs sont électriques, suivant leur puissance il faudra prévoir l'alimentation appropriée.

On peut aussi utiliser des turbines industrielles qui sont, elles aussi, très puissantes. Mais il faudra fabriquer une protection pour la sécurité. Il faut relativiser quand même. Si c'est pour faire bouger des cheveux ou un rideau, vous pouvez prendre un ventilateur domestique.

Voilà pour le vent vous savez tout, ou presque. Encore un dernier truc ; le vent c'est l'ennemi numéro 1 du microphone …